Les résultats de l'enquête

LES INFIRMIERS ET L’HYPNOSE THÉRAPEUTIQUE

 

En ce mois de septembre, voici les premiers résultats du questionnaire d’ouverture du CNIPH. À ce jour, vous êtes bientôt 120 membres à nous avoir rejoint.

 

I- En quelques graphiques

 

A-Les spécialités représentées 

 (IDE SG=Soins Généraux, IDE=Infirmiers libéraux, IDE UETD=Infirmiers douleur)

 

B- Statut professionnel actuel 

C- La formation en hypnose

 

1- Lieux de formation 

2- Type de la formation 

(HDA=Hypnose et analgésie, HDC=Douleur chronique, HTB=Thérapies brèves et somatique)

 

 

3- Formation continue 

4- Participation aux congrès 

5-Formateurs, articles et recherche

6- Pratique actuelle de l’hypnose

II-Vos attentes, craintes et suggestions

 

Comme on pouvait le pressentir et qui vient confirmer la cohésion de notre profession, et l’intérêt d’un collectif comme le nôtre pour porter cette parole, les dizaines de réponses convergent vers des points de rassemblement faciles à identifier.

 

A- Les attentes

 

Elle se regroupe autour de 4 thèmes principaux :

 

-Reconnaissance et la valorisation de la pratique de l’hypnose pour les infirmiers (Cité 236 fois)

Celles-ci passent par l’intégration de l’hypnose dans le rôle propre de l’infirmier, voire comme une spécialité au même titre qu’IADE, IBODE, etc ou comme une pratique avancée. Par ailleurs, elles requièrent une reconnaissance financière avec la cotation de l’acte infirmier en hypnose dans les établissements comme en libéral. Vous êtes nombreux à espérer la création d’un diplôme national uniforme sur les instituts et les DU, DIU afin d’harmoniser les enseignements et les pratiques.

Tout ceci nous permettant à terme d’associer notre titre d’IDE à celui de praticien en hypnose thérapeutique et médicale.

 

-Clarification des termes et définitions (Cité 52 fois)

Il s’agit de :

➢ lever les doutes entre hypnose médicale, thérapeutique ; entre les termes de praticien en hypnose, hypnopraticien, hypnothérapeute, …

➢ confirmer les possibilités de la pratique de l’hypnose par les IDE comme par toutes les autres professions de santé.

➢ définir les indications de la pratique de l’hypnose et le cadre de compétence en fonction de la spécialité initiale, de l’expérience et de la formation en hypnose.

 

-Contenu de la formation :

➢ La sécurité de la formation demande d'assurer une hypnovigilance des organismes de formation initiale et continue (Cité 36 fois).

➢ Durée de la formation équivalente d'un institut à l'autre pour un même thème.

➢ Formateurs et stagiaires exclusivement professionnels de santé

➢ Validation de la formation initiale comme continue (Supervision, intervision)

Cela ramène au projet de diplômes nationaux reconnus également par les ordres professionnels.

 

-Mise en place d'un cadre légal : autoriser la pratique de l’hypnose médicale et thérapeutique uniquement aux professionnels de santé par une législation aussi bien en établissement qu’en libéral (Cité 53 fois)

 

 

B- Les craintes

 

Elles se regroupent sous 3 courants essentiels :

 

-Les dérives autour de la pratique de l’hypnose (Cité 62 fois)

Notamment en ville, par des non-professionnels de santé, n’ayant aucune expérience avec les patients aux troubles somatiques comme psychiques avec mise en danger de ces patients par des pratiques issues de l’hypnose de rue et de spectacle, et/ou par un manque d’éthique et un dépassement de compétences. Cela porterait à terme une atteinte à la réputation même de l’hypnose thérapeutique.

Un des dangers pourrait venir aussi de l’utilisation de ces mêmes techniques de rue et de spectacle par des professionnels de santé avec les mêmes risques pour les patients.

 

-À l’inverse, la limitation de l’utilisation de l’hypnose thérapeutique au seul corps médical et aux psychologues avec interdiction de pratiquer pour les infirmiers et autres professions paramédicales ou autorisation sur seules prescriptions médicales contrôlées (Cité 84 fois)

Ce serait fermer les yeux sur des compétences propres aux infirmiers et sur une approche et une vision infirmière des patients, certes différentes, mais complémentaires de celles des médecins et psychologues. Fermer les yeux également sur les demandes même des patients qui préfèrent parfois l’approche infirmière.

 

-La restriction d’accès aux formations, DU, DIU aux seuls médecins et psychologues au détriment de la formation des infirmiers (Cité 14 fois)

Cela découle de la crainte précédente bien évidemment.

 

 

C- Les suggestions

 

-Se regrouper pour pouvoir mieux être entendus et communiquer à l’avenir, et bien sûr participer aux négociations à venir sur la législation (Cité 42 fois)

 

-Acter que l’hypnose soit un soin infirmier à part entière comme elle l’est pour un acte médical et l'intégrer dans les consultations infirmières (Cité 27 fois)

 

-Mettre en place des moyens nouveaux pour assurer la sécurité de la pratique de l’hypnose thérapeutique pour les patients comme pour les soignants (Cité 11 fois)

 

III- Conclusion

 

Nous tenons à vous remercier chaleureusement pour votre participation à ce questionnaire et pour avoir rejoint le CNIPH. Tout ne fait que commencer ici et d’autres membres vont nous rejoindre dans les semaines à venir. Nous comptons sur vous pour faire circuler l’information et notre mail (cniph2018@gmail.com) auprès de vos collègues formés en hypnose pour élargir notre collectif. De notre côté, nous continuons de préparer les États Généraux de la CFHTB, de tisser des liens avec les représentants officiels du monde de l'hypnose thérapeutique et d'établir des propositions concrètes pour la place du monde infirmier au sein de l’hypnose thérapeutique.