Notre décret et nos rôles


Les soins infirmiers regroupent les interventions infirmières, qu'elles soient à visées préventives, diagnostiques, thérapeutiques ou éducatives. Ils sont traditionnellement dispensés par un infirmier ou par un auxiliaire médical par délégation (aide-infirmier, aide-soignant, auxiliaire de puériculture, aide médico-psychologique pour les plus proches collaborateurs des infirmiers, ou tout autre professionnel de la santé) auprès d'une personne ou d'un groupe de personnes.

Les soins infirmiers prennent source dans une connaissance théorique et dans des compétences pratiques et visent à maintenir ou améliorer l'état de santé de la personne ou du groupe dans ses dimensions biologiques, physiologiques, physiques (anatomiques et fonctionnelles), psychologiques et sociales et à prévenir de potentielles atteintes à celles-ci.

(Source Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Soin_infirmier)

 

Le métier d'infirmière offre une large palette de possibilités.

Une infirmière peut s'épanouir dans son rôle prescrit et donc dans la technicité des soins qu'elle peut retrouver dans des services spécialisés (urgences, réanimation, Samu, bloc opératoire, ...).

Après avoir acquis une expérience professionnelle auprès des patients dans sa spécialité, elle peut alors souhaiter se former en hypnose afin d'acquérir des outils en communication thérapeutique et en accompagnement de la douleur aigüe le plus souvent sur une seule séance. Elles travaillent en  étroite collaboration avec les médecins.

 

D'autres infirmières choisiront de dessiner leur carrière en privilégiant une orientation vers leur rôle propre et travailleront alors dans des services et activités où se mêlent la technicité et l'accompagnement pour des patients aux besoins différents sur le long cours. Alors l'éducation thérapeutique, les soins palliatifs, la promotion de la santé, la prévention seront les couleurs primaires de leur soins. Les outils thérapeutiques de l'hypnose apporteront alors de nouvelles nuances.

Quel que soit leur rôle propre ou prescrit, les infirmiers gardent une certaine autonomie dans la démarche clinique, diagnostique et thérapeutique des soins. On parle ici bien sûr du diagnostic infirmier aujourd'hui reconnu comme tel.

 

Notre profession s'articule autour du décret du 29/07/2004 du Code de la Santé Publique qui définit l'ensemble des soins infirmiers.

Les articles suivants, relatifs au rôle propre de l'infirmier démontrent à eux seuls la légitimité de notre profession dans la pratique de l'hypnose thérapeutique.

Trois catégories d’actes infirmiers y sont caractérisées : les actes relevant du rôle propre, les actes sur prescription médicale ou protocole et ceux qui en plus de la prescription médicale nécessitent la possibilité immédiate d’intervention d’un médecin.

Les articles R. 4311-1 et R. 4311-2 décrivent les missions globales exigées par l’exercice de cette profession et précisent les valeurs avec lesquelles elles doivent être accomplies.

Les articles R. 4311-3 à R. 4311-5 concernent les soins et les compétences relevant du rôle propre de l'infirmier.

 

Livre III

Auxiliaires MédicauxTitre I

Profession d'infirmier ou d'infirmière

Chapitre I
Exercice de la profession

Section 1
Actes professionnels

Article R. 4311-1

L'exercice de la profession d'infirmier ou d'infirmière comporte l'analyse, l'organisation, la réalisation de soins infirmiers et leur évaluation, la contribution au recueil de données cliniques et épidémiologiques et la participation à des actions de prévention, de dépistage, de formation et d'éducation à la santé.Dans l'ensemble de ces activités, les infirmiers et infirmières sont soumis au respect des règles professionnelles et notamment du secret professionnel.Ils exercent leur activité en relation avec les autres professionnels du secteur de la santé, du secteur social et médico-social et du secteur éducatif.

Article R. 4311-2

Les soins infirmiers, préventifs, curatifs ou palliatifs, intègrent qualité technique et qualité des relations avec le malade. Ils sont réalisés en tenant compte de l'évolution des sciences et des techniques. Ils ont pour objet, dans le respect des droits de la personne, dans le souci de son éducation à la santé et en tenant compte de la personnalité de celle-ci dans ses composantes physiologique, psychologique, économique, sociale et culturelle :

  1. 1-De protéger, maintenir, restaurer et promouvoir la santé physique et mentale des personnes ou l'autonomie de leurs fonctions vitales physiques et psychiques en vue de favoriser leur maintien, leur insertion ou leur réinsertion dans leur cadre de vie familial ou social ;
  2. 2-De concourir à la mise en place de méthodes et au recueil des informations utiles aux autres professionnels, et notamment aux médecins pour poser leur diagnostic et évaluer l'effet de leurs prescriptions ;
  3. 3-De participer à l'évaluation du degré de dépendance des personnes ;
  4. 4-De contribuer à la mise en oeuvre des traitements en participant à la surveillance clinique et à l'application des prescriptions médicales contenues, le cas échéant, dans des protocoles établis à l'initiative du ou des médecins prescripteurs ;
  5. 5-De participer à la prévention, à l'évaluation et au soulagement de la douleur et de la détresse physique et psychique des personnes, particulièrement en fin de vie au moyen des soins palliatifs, et d'accompagner, en tant que de besoin, leur entourage.

Article R. 4311-3

Relèvent du rôle propre de l'infirmier ou de l'infirmière les soins liés aux fonctions d'entretien et de continuité de la vie et visant à compenser partiellement ou totalement un manque ou une diminution d'autonomie d'une personne ou d'un groupe de personnes.Dans ce cadre, l'infirmier ou l'infirmière a compétence pour prendre les initiatives et accomplir les soins qu'il juge nécessaires conformément aux dispositions des articles R. 4311-5 et R. 4311-6. Il identifie les besoins de la personne, pose un diagnostic infirmier, formule des objectifs de soins, met en oeuvre les actions appropriées et les évalue. Il peut élaborer, avec la participation des membres de l'équipe soignante, des protocoles de soins infirmiers relevant de son initiative. Il est chargé de la conception, de l'utilisation et de la gestion du dossier de soins infirmiers.

Article R. 4311-4

Lorsque les actes accomplis et les soins dispensés relevant de son rôle propre sont dispensés dans un établissement ou un service à domicile à caractère sanitaire, social ou médico-social, l'infirmier ou l'infirmière peut, sous sa responsabilité, les assurer avec la collaboration d'aides-soignants, d'auxiliaires de puériculture ou d'aides médico-psychologiques qu'il encadre et dans les limites de la qualification reconnue à ces derniers du fait de leur formation. Cette collaboration peut s'inscrire dans le cadre des protocoles de soins infirmiers mentionnés à l'article R. 4311-3.

Article R. 4311-5

Dans le cadre de son rôle propre, l'infirmier ou l'infirmière accomplit les actes ou dispense les soins suivants visant à identifier les risques et à assurer le confort et la sécurité de la personne et de son environnement et comprenant son information et celle de son entourage :

  1. 1-Soins et procédés visant à assurer l'hygiène de la personne et de son environnement ;
  2. 2-Surveillance de l'hygiène et de l'équilibre alimentaire ;
  3. 3-Dépistage et évaluation des risques de maltraitance ;
  4. 4-Aide à la prise des médicaments présentés sous forme non injectable ;
  5. 5-Vérification de leur prise ;
  6. 6-Surveillance de leurs effets et éducation du patient ;
  7. 7-Administration de l'alimentation par sonde gastrique, sous réserve des dispositions prévues à l'article R. 4311-7 et changement de sonde d'alimentation gastrique ;
  8. 8-Soins et surveillance de patients en assistance nutritive entérale ou parentérale ;
  9. 9-Surveillance de l'élimination intestinale et urinaire et changement de sondes vésicales ;
  10. 10-Soins et surveillance des patients sous dialyse rénale ou péritonéale ;
  11. 11-Soins et surveillance des patients placés en milieu stérile ;
  12. 12-Installation du patient dans une position en rapport avec sa pathologie ou son handicap ;
  13. 13-Préparation et surveillance du repos et du sommeil ;
  14. 14-Lever du patient et aide à la marche ne faisant pas appel aux techniques de rééducation ;
  15. 15-Aspirations des sécrétions d'un patient qu'il soit ou non intubé ou trachéotomisé ;
  16. 16-Ventilation manuelle instrumentale par masque ;
  17. 17-Utilisation d'un défibrillateur semi-automatique et surveillance de la personne placée sous cet appareil ;
  18. 18-Administration en aérosols de produits non médicamenteux ;
  19. 19-Recueil des observations de toute nature susceptibles de concourir à la connaissance de l'état de santé de la personne et appréciation des principaux paramètres servant à sa surveillance : température, pulsations, pression artérielle, rythme respiratoire, volume de la diurèse, poids, mensurations, réflexes pupillaires, réflexes de défense cutanée, observations des manifestations de l'état de conscience, évaluation de la douleur ;
  20. 20-Réalisation, surveillance et renouvellement des pansements non médicamenteux ;
  21. 21-Réalisation et surveillance des pansements et des bandages autres que ceux mentionnés à l'article R. 4311-7 ;
  22. 22-Prévention et soins d'escarres ;
  23. 23-Prévention non médicamenteuse des thromboses veineuses ;
  24. 24-Soins et surveillance d'ulcères cutanés chroniques ;
  25. 25-Toilette périnéale ;
  26. 26° Préparation du patient en vue d'une intervention, notamment soins cutanés préopératoires ;
  27. 27-Recherche des signes de complications pouvant survenir chez un patient porteur d'un dispositif d'immobilisation ou de contention ;
  28. 28-Soins de bouche avec application de produits non médicamenteux ;
  29. 29-Irrigation de l'oeil et instillation de collyres ;
  30. 30-Participation à la réalisation des tests à la sueur et recueil des sécrétions lacrymales ;
  31. 31-Surveillance de scarifications, injections et perfusions mentionnées aux articles R. 4311-7 et R. 4311-9 ;
  32. 32-Surveillance de patients ayant fait l'objet de ponction à visée diagnostique ou thérapeutique ;
  33. 33-Pose de timbres tuberculiniques et lecture ;
  34. 34-Détection de parasitoses externes et soins aux personnes atteintes de celles-ci ;
  35. 35-Surveillance des fonctions vitales et maintien de ces fonctions par des moyens non invasifs et n'impliquant pas le recours à des médicaments ;
  36. 36-Surveillance des cathéters, sondes et drains ;
  37. 37-Participation à la réalisation d'explorations fonctionnelles, à l'exception de celles mentionnées à l'article R. 4311-10, et pratique d'examens non vulnérants de dépistage de troubles sensoriels ;
  38. 38-Participation à la procédure de désinfection et de stérilisation des dispositifs médicaux réutilisables ;
  39. 39-Recueil des données biologiques obtenues par des techniques à lecture instantanée suivantes :a) Urines : glycosurie acétonurie, protéinurie, recherche de sang, potentiels en ions hydrogène, pH ;b) Sang : glycémie, acétonémie ;
  40. 40-Entretien d'accueil privilégiant l'écoute de la personne avec orientation si nécessaire ;
  41. 41-Aide et soutien psychologique ;
  42. 42-Observation et surveillance des troubles du comportement. 

La pratique de l’hypnose à visée thérapeutique n’est pas réglementée et le décret infirmier est muet la concernant. Cette absence de législation ne constitue cependant pas une interdiction de sa pratique auprès des patients. Selon Nathalie Lelièvre, juriste en droit de la santé, l’utilisation de l’hypnoanalgésie par les infirmiers s’intègre dans leur rôle propre à condition d’être dûment formé : « …la pratique de l’hypnoanalgésie n’est pas un acte médical. Le recours à l’hypnoanalgésie s’inscrit dans le cadre des activités du rôle propre de l’infirmier. Après une évaluation des besoins du patient et sous réserve de l’accord de celui-ci, l’infirmier peut avoir recours à cette technique sous réserve qu’il ait re- çu une formation. »

Nous vous invitons à lire l’article argumenté de cette juriste ou à consulter son résumé.